ONG AVENIR RECRUTE

ONG AVENIR RECRUTE 04 AGENTS DE LIAISON COMMUNAUTAIRE ET 01 CHEF D’EQUIPE H/F

ONG AVENIR RECRUTE

AVIS DE RECRUTEMENT 1 CHEF D’EQUIPE ET 4 AGENTS DE LIAISON COMMUNAUTAIRE TOMBOUCTOU

ONG AVENIR
Avis de recrutement :
Titre du poste : Chef d’Equipe
Contexte :
Avec 7,1 millions de personnes estimées dans le besoin en 2024 selon le
Plan de Réponse Humanitaire (HRP), la crise au Mali continue de
s’intensifier ; aggravée par une détérioration de la situation sécuritaire, elle
exacerbe les vulnérabilités préexistantes et expose les populations à des
risques de protection majeurs. Face à une situation sécuritaire et humanitaire
qui se complexifie, la crise multidimensionnelle au Mali risque de s’aggraver.
Le retrait de la MINUSMA et le départ d’UNMAS en 2023 ont également fait
émerger des besoins majeurs, et entrainent des répercussions importantes
sur la capacité d’assistance des acteurs humanitaires ; la lutte antimines
humanitaire est parmi les secteurs le plus affectés par cette réalité.
Augmentation des risques liés à la menace explosive et aux ALPC dans
le Nord et au Centre


La menace explosive, en hausse depuis 2021, est aujourd’hui un des risques
majeurs de protection, mais un des domaines le moins financés du secteur de
la protection (seulement autour de <20% des besoins LAMH identifiés dans le
cadre du HRP étaient financés en 2023). Les populations civiles sont
particulièrement exposées à cette menace, surtout dans les régions du centre
(Mopti, Ségou) et du nord (Tombouctou, Kidal, Gao). INSO a enregistré au
premier trimestre 2024 un total de 66 incidents liés aux engins explosifs dont
47 au centre et 15 au nord, tout particulièrement à Tombouctou (13). Malgré
une diminution du nombre comparé au dernier trimestre de 2023 (77), le
nombre d’incidents reste à un niveau très élevé. La situation actuelle est
caractérisée par l’intensification des affrontements entre les différents
groupes armés et les forces armées régulières, surtout au Centre et au Nord,
ce qui entraine une augmentation des incidents liés aux EEI ainsi qu’aux REG

(restes explosifs de guerre) en ce début 2024. Mopti et Tombouctou sont
parmi les régions les plus touchées par cette réalité. A titre d’illustration, selon
le représentant de OCHA à Tombouctou, les incidents liés aux EEI auraient
été multipliés par 5 dans la région de Tombouctou en un an (13 incidents
enregistrés au premier trimestre 2024 par INSO) alors qu’aucun humanitaire
n’intervient sur cette problématique de façon spécifique (et dans une moindre
mesure de façon « transversale » ou intégrée) depuis le départ d’UNMAS en
juillet 2023.

La présence d’EE entrave gravement la capacité de déplacement des
populations civiles et l’accès aux services essentiels, y compris l’assistance
humanitaire. Dans la régions de Tombouctou, les déplacements entre les
localités sont devenus risqués et difficiles. La présence d’EE entrave d’autre
part aussi l’accès des acteurs humanitaires aux populations vulnérables.
Capacités nationales limitées pour répondre à la menace explosive /
ALPC

Face à cette menace grandissante et aux vulnérabilités accrues qui en
découlent, les capacités des acteurs nationaux en matière de lutte antimines
restent limitées, et sont insuffisantes pour répondre à l’ampleur des besoins.
Or, le nombre le plus élevé de personnes dans le besoin rend nécessaire non
seulement de prioriser les actions de lutte antimines dans les régions
centrales du Mali, mais surtout de le faire de façon plus efficace, tout en
renforçant les capacités et l’engagement des organisations nationales, de la
société civile malienne et des acteurs de protection (humanitaires et
étatiques). Ce renforcement des capacités nationales est en effet
indispensable pour assurer une réponse durable aux risques liés à la menace
explosive et à la prolifération des ALPC et aux besoins des victimes, dans le
but de contribuer à sécuriser les populations et réduire également les risques
et l’incidence des conflits communautaires – souvent exacerbés par la
menace explosive.
Enfin, la coordination des activités LAMH ainsi que l’intégration des incidents
EE dans les notes et évaluations de protection restent un enjeu important, qui

toutefois a été également négativement impacté par le départ soudain de
l’UNMAS.
Contraintes opérationnelles, techniques et d’accès
Le départ de UNMAS en juillet 2023 a laissé un vide au sein de la LAMH et
cela à plusieurs niveaux comme explicité dans la note de plaidoyer produite
en juillet 2023 par le GTLAMH : les capacités de la lutte antimines
humanitaires ont été drastiquement réduites avec seulement 2 ONGs
internationales (DCA et HI) opérationnelles ; l’assurance-qualité des
opérations LAMH souffre d’un manque de suivi et d’un manque de
compétences au niveau national.


Pour répondre au manque de mesures efficaces de prévention et de réponse
face à la menace croissante des EE dans les régions de Tombouctou, ONG
AVENIR en partenariat avec la DanChurchAid (DCA) Mali/ Sahel sous le
financement de la coopération Suisse ont formulé une réponse d’urgence,
structurée autour de 3 résultats principaux: 1) Les acteurs de la société civile
ont des capacités techniques et organisationnelles renforcées pour mettre en
œuvre et coordonner efficacement les activités LAMH de qualité ; 2) les
populations vulnérables, sensibilisées aux risques liés à la menace explosive,
sont capables de s’autoprotéger et contribuer à la protection de leurs
communautés grâce à l’EREE et au référencement des victimes, et enfin 3)
Le renforcement de l’écosystème de protection est amélioré permettant une
réponse de protection qualitative et coordonnée entre les acteurs LAMH.
Objet : Recrutement d’un (1) Chef d’équipe pour la mise en œuvre des
activités du projet « Réponse d’urgence à base communautaire à la
menace explosive au Centre et au Nord du Mali dans la region de
Tombouctou ».


Présentation succincte de l’ONG AVENIR :
L’ONG AVENIR est une Organisation Non Gouvernementale créée le 15
Octobre 2014 avec un Accord-cadre N°001534 signé avec l’état Malien le
03 décembre 2018. Notre mission est de contribuer à sécuriser les moyens

d’existence des groupes vulnérables en améliorant leurs conditions de travail
et de vie en s’appuyant sur les dynamiques locales.
Le siège social est à Bamako- quartier Sotuba, avec six antennes à l’intérieur
du pays (Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal et Ménaka).


OBJECTIF PRINCIPAL DE L’ONG “AVENIR “
L’objectif principal de l’ONG AVENIR est de promouvoir un développement
durable et inclusif dans les communautés vulnérables en améliorant leur
qualité de vie, en renforçant leur résilience aux défis environnementaux et
socio-économiques, et en favorisant une croissance équitable et participative.
DOMAINE D’INTERVENTION
✓ Protection (lutte Anti mine)
✓ Nutrition – Santé – Education
✓ Sécurité Alimentaire
✓ Prévention et gestion des conflits/Rétablissement de la paix
✓ Autonomisation des femmes et des jeunes
✓ Protection de l’environnement/changement climatique
Pour la mise en œuvre des activités du projet dénommé : « Réponse
d’urgence à base communautaire à la menace explosive au Centre et au
Nord du Mali », l’ONG AVENIR envisage le recrutement d’un Chef d’équipe.
Les personnes éligibles intéressées doivent produire les informations sur leur
capacité.
Tâches principales :

  • Assurer le lancement et la visibilité du projet dans toute la région ;
  • Assurer la mise en relation entre le projet et tous les partenaires de mise
    en œuvre ;
  • Assurer la représentation du Projet et de l’ONG avenir dans les rencontres
    de coordination et de groupes techniques de travail ;
  • Appui à la Mobilisation des acteurs autour de la mise en œuvre de projet
    et de sa pérennisation ;
  • Développer trimestriellement et mensuellement des plans de travail
    programmatiques, des plans des budgets échelonnées pour le Projet ;

Faire l’état des lieux mensuels des progrès du projet à travers des revues
programmatiques ;

  • Faire des visites de supervision régulières des activités du projet sur le
    terrain ;
  • Faciliter l’organisation des activités, documenter et partager les bonnes
    pratiques, évaluer les agents sous sa coordination ;
  • Travailler étroitement avec l’Etat (Services déconcentrés), entretenir un
    niveau de collaboration et de coordination élevé avec l’ensemble des
    autres acteurs dans la zone d’intervention du projet et ailleurs) ;
  • Etre apte aux déplacements dans d’autres régions que Tombouctou ;
  • Rédiger dans les délais requis tous les rapports ;
  • S’assurer de l’effectivités de la réalisation de toutes les activités du projet
    pour l’attente des objectifs ;
  • Suivre la mise en œuvre, le rapportage périodique technique et financier,
    le renseignement des indicateurs, la production de supports audio-visuels;
  • Effectuer tout autres tâches qui contribuent à l’attente des objectifs du
    projet.
    Lieu de travail
    Le Chef d’équipe sous la supervision directe du Chef de Mission sera basé à
    Tombouctou avec déplacements fréquents souvent à Bamako et à Mopti.
    Compétences et qualifications requises :
  • Avoir un niveau d’études supérieur de préférence en Gestion de Projet
    sociologie, Développement social, communication ou un domaine
    connexe ;
  • Avoir au moins 5 ans d’expérience de travail sur le terrain avec une
    organisation humanitaire ou sein de projet d’urgence appréciée ;
  • Avoir au moins une expérience de 3 ans dans la lutte Antimine ou tout
    autres activités en lien avec la protection des civils contre les dangers liés
    aux Restes Explosifs de Guerre (REG) ;
  • Connaissance de la zone d’intervention souhaitée.

Vous maitrisez obligatoirement :

  • Le cycle de gestion de projet ;
  • Excel niveau expert ;
  • L’outil informatique (Pack office, logiciels spécifiques etc.).
    Compétences linguistiques :
  • La connaissance du français parlée et écrite, Tamasheq, arabe et du
    sonrhaï est obligatoire ;
  • La connaissance de l’anglais est un atout.
    Compétences personnelles requises :
  • Etre capable de rester serein et travailler dur même sous pression ;
  • Etre honnête et digne de confiance ;
  • Capable de travailler avec un minimum de supervision ;
  • Bonnes capacités rédactionnelles.
    Modalités de soumission :
    Les candidat(e)s intéressés doivent soumettre les dossiers suivants :
  1. CV détaillé (maximum 3 pages),
  2. Une lettre de motivation (Une page),
  3. Une copie des attestations et diplômes.
    Adressé au Coordinateur National de l’ONG AVENIR à l’adresse suivante :
    contactavenirmali@gmail.com avant le 14 juillet 2024 à 12 Heures.
    Seuls les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s.
    Les candidatures féminines sont fortement souhaitées.

ONG AVENIR
Avis de recrutement :
Titre du poste : Agent de liaison communautaire (ALC)
Contexte :
Avec 7,1 millions de personnes estimées dans le besoin en 2024 selon le
Plan de Réponse Humanitaire (HRP), la crise au Mali continue de
s’intensifier ; aggravée par une détérioration de la situation sécuritaire, elle
exacerbe les vulnérabilités préexistantes et expose les populations à des
risques de protection majeurs. Face à une situation sécuritaire et humanitaire
qui se complexifie, la crise multidimensionnelle au Mali risque de s’aggraver.
Le retrait de la MINUSMA et le départ d’UNMAS en 2023 ont également fait
émerger des besoins majeurs, et entrainent des répercussions importantes
sur la capacité d’assistance des acteurs humanitaires ; la lutte antimines
humanitaire est parmi les secteurs le plus affectés par cette réalité.
Augmentation des risques liés à la menace explosive et aux ALPC dans
le Nord et au Centre

La menace explosive, en hausse depuis 2021, est aujourd’hui un des risques
majeurs de protection, mais un des domaines le moins financés du secteur de
la protection (seulement autour de <20% des besoins LAMH identifiés dans le
cadre du HRP étaient financés en 2023). Les populations civiles sont
particulièrement exposées à cette menace, surtout dans les régions du centre
(Mopti, Ségou) et du nord (Tombouctou, Kidal, Gao). INSO a enregistré au
premier trimestre 2024 un total de 66 incidents liés aux engins explosifs dont
47 au centre et 15 au nord, tout particulièrement à Tombouctou (13). Malgré
une diminution du nombre comparé au dernier trimestre de 2023 (77), le
nombre d’incidents reste à un niveau très élevé. La situation actuelle est
caractérisée par l’intensification des affrontements entre les différents
groupes armés et les forces armées régulières, surtout au Centre et au Nord,
ce qui entraine une augmentation des incidents liés aux EEI ainsi qu’aux REG
(restes explosifs de guerre) en ce début 2024. Mopti et Tombouctou sont
parmi les régions les plus touchées par cette réalité. A titre d’illustration, selon
le représentant de OCHA à Tombouctou, les incidents liés aux EEI auraient
été multipliés par 5 dans la région de Tombouctou en un an (13 incidents
enregistrés au premier trimestre 2024 par INSO) alors qu’aucun humanitaire
n’intervient sur cette problématique de façon spécifique (et dans une moindre

mesure de façon « transversale » ou intégrée) depuis le départ d’UNMAS en
juillet 2023.
La présence d’EE entrave gravement la capacité de déplacement des
populations civiles et l’accès aux services essentiels, y compris l’assistance
humanitaire. Dans la régions de Tombouctou, les déplacements entre les
localités sont devenus risqués et difficiles. La présence d’EE entrave d’autre
part aussi l’accès des acteurs humanitaires aux populations vulnérables.
Capacités nationales limitées pour répondre à la menace explosive /
ALPC

Face à cette menace grandissante et aux vulnérabilités accrues qui en
découlent, les capacités des acteurs nationaux en matière de lutte antimines
restent limitées, et sont insuffisantes pour répondre à l’ampleur des besoins.
Or, le nombre le plus élevé de personnes dans le besoin rend nécessaire non
seulement de prioriser les actions de lutte antimines dans les régions
centrales du Mali, mais surtout de le faire de façon plus efficace, tout en
renforçant les capacités et l’engagement des organisations nationales, de la
société civile malienne et des acteurs de protection (humanitaires et
étatiques). Ce renforcement des capacités nationales est en effet
indispensable pour assurer une réponse durable aux risques liés à la menace
explosive et à la prolifération des ALPC et aux besoins des victimes, dans le
but de contribuer à sécuriser les populations et réduire également les risques
et l’incidence des conflits communautaires – souvent exacerbés par la
menace explosive.

Enfin, la coordination des activités LAMH ainsi que l’intégration des incidents
EE dans les notes et évaluations de protection restent un enjeu important, qui
toutefois a été également négativement impacté par le départ soudain de
l’UNMAS.
Contraintes opérationnelles, techniques et d’accès
Le départ de UNMAS en juillet 2023 a laissé un vide au sein de la LAMH et
cela à plusieurs niveaux comme explicité dans la note de plaidoyer produite
en juillet 2023 par le GTLAMH : les capacités de la lutte antimines
humanitaires ont été drastiquement réduites avec seulement 2 ONGs
internationales (DCA et HI) opérationnelles ; l’assurance-qualité des
opérations LAMH souffre d’un manque de suivi et d’un manque de
compétences au niveau national.
Pour répondre au manque de mesures efficaces de prévention et de réponse
face à la menace croissante des EE dans les régions de Tombouctou, ONG
AVENIR en partenariat avec la DanChurchAid (DCA) Mali/ Sahel sous le
financement de la coopération Suisse ont formulé une réponse d’urgence,

structurée autour de 3 résultats principaux: 1) Les acteurs de la société civile
ont des capacités techniques et organisationnelles renforcées pour mettre en
œuvre et coordonner efficacement les activités LAMH de qualité ; 2) les
populations vulnérables, sensibilisées aux risques liés à la menace explosive,
sont capables de s’autoprotéger et contribuer à la protection de leurs
communautés grâce à l’EREE et au référencement des victimes, et enfin 3)
Le renforcement de l’écosystème de protection est amélioré permettant une
réponse de protection qualitative et coordonnée entre les acteurs LAMH.

Objet : Recrutement de quatre (4) Agents de Liaison Communautaire (ALC)
pour la mise en œuvre des activités du projet « Réponse d’urgence à base
communautaire à la menace explosive au Centre et au Nord du Mali
dans la région de Tombouctou ».

Présentation succincte de l’ONG AVENIR :
L’ONG AVENIR est une Organisation Non Gouvernementale créée le 15
Octobre 2014 avec un Accord-cadre N°001534 signé avec l’état Malien, le
03 décembre 2018. Notre mission est de contribuer à sécuriser les moyens
d’existence des groupes vulnérables en améliorant leurs conditions de travail
et de vie en s’appuyant sur les dynamiques locales.
Le siège social est à Bamako- quartier Sotuba, avec six antennes à l’intérieur
du pays (Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal et Ménaka).
OBJECTIF PRINCIPAL DE L’ONG “AVENIR “
L’objectif principal de l’ONG AVENIR est de promouvoir un développement
durable et inclusif dans les communautés vulnérables en améliorant leur
qualité de vie, en renforçant leur résilience aux défis environnementaux et
socio-économiques, et en favorisant une croissance équitable et participative.

DOMAINE D’INTERVENTION
✓ Protection (lutte Anti mine)
✓ Nutrition – Santé – Education
✓ Sécurité Alimentaire
✓ Prévention et gestion des conflits/Rétablissement de la paix
✓ Autonomisation des femmes et des jeunes
✓ Protection de l’environnement/changement climatique.
Pour la mise en œuvre des activités du projet dénommé : « Réponse
d’urgence à base communautaire à la menace explosive au Centre et au
Nord du Mali », l’ONG AVENIR envisage le recrutement de 2 équipes de 4
Agents de Liaison communautaire (ALC). Les personnes éligibles intéressées
doivent produire les informations sur leur capacité.

Tâches principales :

  • Assurer la liaison communautaire avec les autorités afin de déterminer les
    capacités et la conviction des populations sur la présence des REG/ALPC.
  • Faire le marquage des zones dangereuses.
  • Conduire des séances d’Education aux Risques des Mines et ALPC ;
  • Servir d’intermédiaire entre les équipes et les communauté ;
  • Être le canal d’informations de la communauté vers l’équipe ;
  • Signaler tout dommage ou dysfonctionnement des matériels ;
  • Respecter les normes de sécurité en permanence ;
  • Etre apte aux déplacements dans d’autres régions que Tombouctou ;
  • Suivre toutes les instructions de son supérieur, en toute sécurité et sans
    objections ;
  • Collecter des données à travers l’application Kobo Toolbox;
  • Produire les rapports d’activités (Journalier et Hebdomadaire) ;
  • Tout autres tâches qui contribuent à l’attente des objectifs du projet.
    Lieu de travail
    Le Agents de Liaison Communautaire (ALC) seront basés à Tombouctou
    avec déplacements fréquents dans les zones d’intervention du projet.
    Compétences et qualifications requises :
  • Avoir un niveau d’études supérieur de préférence en sociologie,
    Développement social, communication ou un domaine connexe ;
  • Avoir au moins 2 ans d’expérience de travail sur le terrain avec une
    organisation humanitaire ou sein de projet d’urgence appréciée ;
  • Avoir de l’expérience dans la mise en œuvre des activités d’information,
    de communication et de dialogue communautaire ;
  • Avoir de l’expériences dans la réalisation d’enquête ;
  • Avoir un minimum de connaissance dans la lutte Antimine ou tout autres
    activités en lien avec la protection des civils contre les dangers liés aux
    Restes Explosifs de Guerre (REG) ;
  • Connaissance de la zone d’intervention souhaitée ;
  • Avoir une bonne connaissance pratique en informatique.
    Compétences linguistiques :
  • La connaissance du français parlée et écrite, Tamasheq, arabe et du
    sonrhaï est obligatoire ;
  • La connaissance de l’anglais est un atout.

Compétences personnelles requises :

  • Etre capable de rester serein et travailler dur même sous pression ;
  • Etre honnête et digne de confiance ;
  • Capable de travailler avec un minimum de supervision ;
  • Bonnes capacités rédactionnelles.
    Modalités de soumission :
    Les candidat(e)s intéressés doivent soumettre les dossiers suivants :
  1. CV détaillé (maximum 3 pages),
  2. Une lettre de motivation (Une page),
  3. Une copie des attestations et diplômes.
    Adressé au Coordinateur National de l’ONG AVENIR à l’adresse suivante :
    contactavenirmali@gmail.com avant le 14 juillet 2024 à 12 Heures.
    Seuls les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s.
    Les candidatures féminines sont fortement souhaitées.

TELECHARGEZ L’AVIS ORIGINAL EN PDF ICI

DES MODELES DE CV PROFESSIONNELS A TELECHARGER GRATUITEMENT ICI

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *